Souper Conférence : Atelier sur ‘les Audits’ le jeudi 21 mars 2019 à 18h00

Description de la conférence:  ‘ATELIER : LES AUDITS’ en format Panel

Découvrez dans cet atelier:

Vous, les membres et les non-membres, êtes invités à participer et à échanger avec des auditeurs internes et externes. Faites-vous accompagner par un membre de votre direction.

Des auditeurs de Registraires, des auditeurs internes et externes selon différentes normes : SMQ, EMS, Santé-Sécurité, Produits Médicaux, Pharmaceutiques, Alimentaires, Automobiles, Aéronautique etc… sont invités.

Rosaire Ratelle et Marcel A. Charbonneau : les animateurs lanceront la discussion sur une série de questions et vous inviteront à y répondre selon votre expérience et connaissance afin d’informer les participants qui cherchent à s’améliorer et à comprendre les exigences d’un audit, des normes et des clients.

L’objectif de la rencontre:  Nous souhaitons que chacun reparte avec une meilleure compréhension de l’audit et du processus d’audit grâce à des échanges stimulées par l’expérience de chacun.

Logistique:

Date :              Jeudi  21 mars 2019

Heure :          18h00 à 21h00  (Inscription à parti de 17h30)

Lieu :               Elio Pizzeria     Itinéraire

                           351, rue Bellechasse,  Rosemont-Petite-Patrie, Montréal, QC,  H2S 1X1

                           Entre les stations de métro Rosemont et Beaubien

                           Stationnement gratuit en face du restaurant

Coût :              $45.00

Réserver (RSVP) à conference@asq0404.org

Membres du panel invités :

Claudia Rasmussen, ing. Chimique, Certificat en assurance qualité

Responsable système de gestion selon les normes ISO 9001, ISO 14001 et OHSAS 18001

Depuis 16 ans chez General Dynamics Canada

 

Joseph Binhas, B.Sc. Chimie, Certificat en gestion d’entreprise, 2e cycle Environnement

Travailleur autonome: Chef auditeur pour des Registraires; Consultant à l’implantation des systèmes Formateur en entreprise et public : ÉTS, ITA, Université Laval sur les normes ISO 9001, 14001, 13485 et FSCC/ISO 22000 Alimentaire.

Plus de 20 ans à titre de Chef auditeur certifié pour les normes internationales ISO 9001 SMQ, ISO14001 SME et ISO 13485 Instruments médicaux & Santé Canada / CMDCAS / SCECIM;

Plus de 10 ans à titre de coordonnateur qualité dans l’industrie manufacturière (Zapata Auscan, Mulco)

Vérificateur, secteur laboratoire, pour le Conseil canadien d’accréditation des services sociaux / Agrément Canada (CCASS / CCHSA)

 

Jean-Marie Richard, B.Sc. Génie Mécanique, DEC entretien d’aéronefs, Diplôme en gestion de l’assurance qualité et CQA de l’ASQ
Membre du Conseil Canadien de l’Aviation et de l’Aérospatiale (CCAA).
Plus de 26 ans à Transport Canada à titre de gestionnaire Aviation Civile
 – Secteurs construction, entretien, certification et opérations d’aéronefs;
 – D’équipes techniques multidisciplinaires
 – De projet: mise en œuvre de système de gestion de la sécurité au sein d’entreprises   aériennes du Québec
Formateur au cours de CQA de l’ASQ et CQFA, l’ÉNA, le CCAA, et l’UQAC: gestion de la sécurité, assurance qualité, audit interne et règlementation aérienne
Membre de l’exécutif de la Section 0404 Montréal francophone.

 

Roger Pelletier, ing., B.Sc. Génie Électrique, CQE de l’ASQ

Analyste Sénior Assurance Qualité et auditeur interne chez Bombardier Aéronautique depuis 15 ans.

Membre du comité de surveillance des agences de certification et des auditeurs des normes du système qualité en aéronautique, spatiale et défense AS9100 dans le cadre de l’AAQG (Americas Aerospace Quality Group).

Expérience en développement des produits et des logiciels dans le contexte des normes qualité AS9100 et ISO-9001, de la norme environnementale ISO-14001 et SEI SW-CMM pour des entreprises internationales. Implantation et maintien de systèmes de gestion qualité et environnement pour différentes organisations : Oerlikon Aérospatiale (défense), Ericsson (infrastructure de téléphonie cellulaire), Via Rail (transporteur ferroviaire national pour passager).
Membre de l’exécutif de la Section 0404 Montréal francophone.

 

 

 

 

 

 

SOUPER CONFÉRENCE Jeudi 24 janvier 2019 de 18h00 à 21h00: Bureau de projet Six Sigma, avec Youssef Abidar

Description de la conférence:

Youssef nous présentera de manière concrète comment les pratiques de Six Sigma ont été appliquées dans le cadre d’un bureau de projet.

Découvrez dans cette conférence :

L’objectif de ce bureau de projet est de mettre en place une structure de projet selon la méthodologie PMI pour la gestion des projets Six Sigma. La méthode de gestion de projet qu’on propose est développée par une équipe multidisciplinaire de l’université Concordia et elle est complètement alignée avec les meilleures pratiques de l’industrie, notamment PMBOK du PMI. La méthode en question est entièrement basée sur DMAIC, elle est très complète (activités, outils, gabarits, pratiques, etc.) et peut être facilement adaptée à votre réalité dans la gestion de projet Six Sigma. Cela permettra de :

• Améliorer l’expertise en gestion de projets;

• Accompagner et soutenir les chargés de projets Six Sigma;

• Gérer la performance individuelle de projets;

• Gérer le portefeuille de projets.

Logistique:

Date :              le jeudi 24 janvier 2019

Heure :                        18h00 à 21h00

Lieu :                   ÉTS FORMATION       (Confirmer !)

Pavillon E ( Maison des Étudiants)

1220, rue Notre-Dame Ouest, Montréal (Québec) H3C 1K3

3 ième étage  ,  local E-3011

Comment se rendre à l’ÉTS et stationnement:  lien

Stations de métro Bonaventure 

Coût :              $40.00

Réserver (RSVP) à conference@asq0404.org avant le  21 janvier 2019

Conférencier:

Présentation de Youssef Abidar

Youssef Abidar est un ingénieur mécanique avec plus que 18 années d’expérience en aéronautique, mécanique et systèmes industriels. Il détient également une maîtrise en administration des affaires (Executive MBA) et une maîtrise en gestion de projet et il est également candidat au doctorat en génie mécanique de l’école de technologie supérieure.

Actuellement, Youssef occupe chez Bombardier le poste pour l’alignement du programme Global 7500 et était précédemment Manager au Supply Chain, Production et MRO chez Pratt & Whitney Canada.

Il est certifié Six Sigma Master Black Belt de l’American Society of Quality, PMP de Project Management Institute (PMI) et membre de l’ordre des ingénieurs du Québec. Coach personnel et Professionnel, il est membre de la fédération international des coachs certifiés

Avis de décès pour Mitchell Daudier

Nous sommes attrister par le décès d’une de nos membres.

Nous souhaitons nos sincères condoléances à la famille et nos collègues de la ASQ Montreal section 401.

Mitchell fut très active dans la section 0401 .  Elle nous manquera  beaucoup aussi dans notre famille ASQ Montréal et ASQ Montréal Francophone.

DAUDIER, MITCHELL

1967 – 2018

À Montréal, le mercredi 28 novembre 2018 est décédée, à l’âge de 51 ans, MITCHELL DAUDIER, épouse de Ashley Antoine. Outre son époux, elle laisse dans le deuil sa mère Vania Notis, son père Yves Daudier, ses enfants Alexis et Éli, ses frères Daniel, René et Serge, ainsi que plusieurs autres parents et amis. La famille vous accueillera au Complexe funéraire Magnus Poirier situé au 6825, rue Sherbrooke Est à Montréal, H1N 1C7, le vendredi 14 décembre 2018 de 19h à 22h ainsi que le samedi matin dès 9h. Les funérailles seront célébrées samedi, 15 décembre 2018, à 10h en la chapelle du complexe.

La Qualité d’un emploi

Par Rosaire Ratelle avec la collaboration de Marcel Charbonneau

Introduction

Emploi de qualité ou qualité d’un emploi ?

Dans notre dernier article, nous avons touché un sujet complexe : “La Qualité de vie”. Nous voulons maintenant mieux comprendre ce qui caractérise un Emploi de Qualité qui est une composante de la Qualité de la vie.

Pour cerner ce qui caractérise un emploi de qualité, demandons-nous et à nos connaissances leurs définitions d’un emploi de qualité.

La suite logique : pouvons-nous l’améliorer ? Car travailler de nombreuses années dans un climat ou un contexte de travail qui nous use physiquement ou psychologiquement va nuire à notre santé.

Continue reading “La Qualité d’un emploi”

La qualité de vie

Par Rosaire Ratelle, membre sénior et CQE de l’ASQ ,  avec la collaboration de Marcel Charbonneau, T.P., CQA et membre sénior de l’ASQ

Notre réflexion a bien évolué tout au long de l’écriture de ce texte parce qu’il nous a été possible de découvrir différentes mesures de Qualité de vie, exemple : les meilleures villes, des sondages qui décrivent qui nous sommes comme francophones québécois et ce qui nous motive. Plusieurs mots viennent nous compliquer notre recherche sur la Qualité de vie : indice de bonheur, bien-être, etc. Parlons nous de la même chose.

Un autre constat est qu’il y a des éléments de notre vie qui est sous notre contrôle et d’autres qui ne le sont pas, à l’instar de ce que nous rencontrons en production et en prestation de service. Nous allons énumérer des aspects ayant un niveau d’influence sur notre perception de la Qualité de vie.

Il nous faudrait avoir un point de vue commun lorsqu’on parle de Qualité de vie. Nous allons , dans ce texte, louvoyer quelque peu pour en cerner le concept. Nous avons aussi réalisé qu’il est si facile d’ouvrir des parenthèses et d’émettre des opinions en se basant sur des perceptions, exemple : nos sentiments envers les politiques gouvernementales et des actions récentes en éducation, en santé et en environnement. Nous avons gardé volontairement certaines affirmations. De plus dans certains cas, exemple la formation, nous exprimerons des suggestions d’amélioration sans avoir établi un moyen de mesure de notre perception.

Nous avons cherché et avons trouvé le palmarès des meilleures villes. Voici comment on les classe . L’Economist Intelligence Unit (EIU) évalue la Qualité de vie en se basant sur différents facteurs, dont la sécurité, la stabilité, les infrastructures, les transports, la qualité de l’environnement, l’offre culturelle, l’accès aux soins de santé et à l’éducation. En 2018, Vienne serait la meilleure ville au monde. Au Canada, selon Money Sense, St-Bruno de Montarville serait le meilleure ville pour élever des enfants. Par contre Oakville serait le meilleur endroit où vivre. Il nous faudrait comprendre les critères et les moyens de mesure. L’EIU donne à Vienne 100 points  pour les facteurs de stabilité et d’infrastructure  alors que Vancouver obtient 95 pour la stabilité et 92.9 pour les infrastructure. De plus, un important volet humain nous semble exclus.   Comme être humain, quand est-il ?

Il y a le point de vue économique. Sans généraliser, mais la tendance est forte, pour les investisseurs ou propriétaires,  la Qualité de vie se définit par le rendement que génèrent les produits et services vendus.

Pour l’employé en général, il reçoit  un salaire. Les déductions sont faites à la source : impôts fédéral, provincial et diverses retenues comme l’assurance chômage, pension assurances etc., afin de financer les divers services fournis par le système social : l’éducation et la santé etc. Peu d’employés ont un système de participation aux bénéfices. Le montant net de la paie, lui servira pour ses besoins de base : manger, avoir un toit. Voir le principe de Maslow, ci-après.

 

Avec le surplus, il doit planifier pour améliorer sa situation et celle de sa famille et ensuite s’il en reste, viennent les petits plaisirs. Est-ce que le bonheur nous vient seulement des petits plaisirs ?

Un des indices de la qualité du système économique est le PIB. Sommes-nous plus heureux avec une augmentation du PIB ? Pas sur ! Les riches deviennent plus riches et les pauvres plus pauvres.  Serge Bouchard anthropologue, dans une sorte de bilan de 2017, disait : “Il faut notamment se débarrasser une fois pour toutes de la croyance en la percolation de la richesse – laissez s’enrichir les riches, ils nous enrichiront – pour transformer le débat social en un laboratoire d’idées nouvelles, d’analyses inédites.” Continue reading “La qualité de vie”

Valoriser la norme ISO 26000, Lignes directrices relatives à la responsabilité sociétale

Par Rosaire Ratelle

Membre sénior et CQE de l’ASQ

Introduction

Ayons un optimiste éclairé et regardons si nous pouvons susciter un plus grand intérêt envers la norme ISO 26000, Lignes directrices relatives à la responsabilité sociétale. Ce texte est la suite de ma réflexion sur la responsabilité des entreprises.

Continue reading “Valoriser la norme ISO 26000, Lignes directrices relatives à la responsabilité sociétale”

Mesurer quoi et pourquoi? Pour mieux voir et comprendre

Auteur(s): Rosaire Ratelle avec la collaboration de Marcel Charbonneau

INTRODUCTION

Les mesures nous affectent, nous devons les comprendre et les maîtriser

Mesurer quoi et pourquoi? Pour mieux voir et comprendre

Avec les mesures : il y a de très bonnes choses mais aussi de moins bonnes. Voyons quelques exemples choisis à cause de notre sensibilité à leur égard :

  • Le temps qu’un médecin passe avec un patient,
  • Le temps qu’un préposé passe avec un malade soit pour le faire manger ou lui faire sa toilette dans un CHSLD
  • Le taux d’achalandage et d’attente aux urgences
  • Le temps du service d’entretien des équipements utilisés dans les hôpitaux
  • La cote des écoles secondaires et des CEGEP
  • Le taux de réussite au secondaire, au CEGEP et à l’université
  • Le nombre d’élève qui a 58 % ou 59 % et à qui on donne la note de passage.

Que voulons-nous savoir et pourquoi?

  • Le médecin dont les patients sont des ainés et au prise avec de multiples problèmes et s’il décidait de les rencontrer à leur résidence, perd-il son temps ?
  • Mesurer et couper le budget d’entretien dans les hôpitaux au point que l’appareil pour mesurer la pression artérielle ne pouvait être utilisé car le velcro si usé ne pouvait pas rester en place
  • Des cotes pour être accepté au CEGEP et maintenant avec des taux de 30% d’abandon ou d’échec; de même pour les universités.
  • Les proportions d’étudiants qui réussissent les examens du ministère; incluant les élèves ayant une note inférieure à la note de passage de 60%
  • Le choix de l’échelle de l’ordonnée pour les graphiques, qui peuvent amplifier ou faire paraitre moindre les tendances. Selon l’échelle on peut créer une distorsion visuelle dans l’interprétation des résultats.

Tous des sujets sensibles et à débattre en temps d’élection ou en famille; mais n’est pas là le sujet.

Nous nous adressons à la mesure, la comprendre, la colliger et l’analyser que ce soit par le qualiticien ou par le personnel impliqué dans un processus d’amélioration continue.

OUI il faut mesurer. C’est important voire essentiel si on veut s’améliorer. Mais la communication est importante. Quel est le but visé derrière la mesure ? Dans quel contexte la mesure s’applique-t-elle ? Étant la personne visée par la mesure, suis-je capable d’agir pour influencer le résultat ?

C’est pourtant si évident. Je ne parle pas de statistiques complexes mais simplement de moyenne et de variation dont on observe l’évolution dans le temps.

Nous devons développer, au minimum des connaissances de base dans la mesure et les statistiques pour contrer les indicateurs de performance qui ont des effets négatifs sur l’organisation ou des employés. Pour le qualiticien, nous préférons dire qu’il nous faut des connaissances solides.

Qu’arrive-t-il lorsque le système de mesure n’est pas adéquat ? On joue avec les chiffres et ils disent que l’on fait dire ce que l’on veut avec les statistiques.

Pourquoi pas ne pas contester la mesure elle-même. Voyons le choix de quelques indicateurs.

  • Ne vaudrait-il pas mieux suivre les ventes obtenues grâce au site internet plutôt que l’achalandage mesuré sur le site
  • Suivre le ratio du coût de la non qualité par rapport au chiffre d’affaire plutôt que le coût de la garantie sans égard au volume d’affaire
  • Le succès de l’organisation repose, pour une bonne part, sur le degré de satisfaction de ses clients. Qu’avons-nous pour la mesurer et en suivre l’évolution ?

Serons-nous accusés de rébellion, de négativisme ou encore de résistance aux changements en démontrant une énergie à combattre de mauvais indicateurs ? La résistance au changement est généralement la réaction des gestionnaires à toute question qu’on leur fait concernant la mesure.

En étant solide dans la mesure et l’analyse avec les techniques statistiques, nous pourrons contribuer à assainir le climat. Car nous pourrons mieux expliquer, trouver les mots, les arguments et éviter ainsi les incohérences

CONCLUSION

Nous pourrons présenter des mesures qui vont mieux répondre aux objectifs de l’organisation. Étant partie prenante dans l’atteinte des objectifs, nous serons d’autant plus motivés

Références documentaires

‘’Le moyen d’appréciation est l’œil : D’énormes bâtiments au-dessus desquels s’élevaient les douze cylindres de ciment armé accolés deux à deux, hauts de vingt mètres, d’un silo à blé particulier. J’ai mesuré du regard les champs immenses et puis cette fausse cathédrale (Giono, Poids du ciel, 1938, p.288)’’

Biographies des auteurs

Par Rosaire Ratelle, membre sénior, CQE de l’ASQ

Président de Rosaire Ratelle Qualité Conseil.

Plus de 40 ans d’expérience en qualité dont plusieurs années en implantation de système de management de la qualité selon la norme ISO 9001 et en amélioration continue selon les outils du 6 SIGMA. Un des membres fondateurs de l’Association Québécoise de la Qualité (AQQ) et a été évaluateur aux Grands Prix Québécois de la Qualité.

Avec la collaboration de Marcel Charbonneau, T.P., CQA et membre sénior de l’ASQ

40 ans dans le domaine de la qualité dans l’industrie manufacturière avec les normes DND, MIL, OTAN, Z299 et ISO et Chef auditeur des SMQ ISO 9001 chez QMI du groupe CSA

Un des membres fondateurs de l’Association Québécoise de la Qualité (AQQ), Chef évaluateur aux Grands Prix Québécois de la Qualité.