Faut-il être statisticien pour appliquer les outils statistiques ?

Par Rosaire Ratelle

À l’instar de la finance qui ne doit pas être réservée aux comptables et la conception qui ne doit pas être réservée aux concepteurs et ingénieurs, tous les qualiticiens et professionnels de la qualité doivent pouvoir appliquer des outils statistiques. Les outils sont variés. Ils sont utilisés principalement au niveau des indicateurs de performance, de l’analyse des causes et de la détermination des facteurs importants ayant des effets sur la performance d’un processus, d’un service ou d’un produit. Même l’auditeur devrait avoir des notions de base en statistiques.

Lors des formations Lean Six Sigma, j’ai observé une grande difficulté pour la majorité des participants à non seulement appliquer les outils mais aussi à avoir une connaissance ou compréhension de base en statistiques. Pour certains, le concept de variation, de variance était incompris. Des participants, ayant reçu une formation Green Belt, ne possédaient pas les connaissances de base en statistiques.

La direction de la section m’a demandé de comparer le contenu d’une formation Black Belt et Green Belt avec celui de l’ASQ. Une partie importante des outils statistiques ne fait pas partie du cursus de ce cours. Exemple : le calcul de probabilité, les distributions binomiales, de Poisson, hypergéométrique, etc. Est-ce symptomatique d’une incompréhension ? Ou bien un nivellement par le bas ?  À moins que l’on  ait peur de les utiliser, en pensant aux paroles de Mark Twain  “Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques“.

Peut-on améliorer des processus sans utiliser des outils statistiques ? Bien sur, il y a plein de situations qui s’y prêtent. Toutefois le qualiticien, professionnel de la qualité sans connaissance en statistiques, fera perdre de l’argent à son organisation en prenant de mauvaises décisions. Tel qu’un processus a changé alors que ce n’est pas le cas ou à l’inverse affirmer d’avoir un processus stable alors que dans les faits, il a changé. Un professionnel de la qualité doit pouvoir identifier la taille d’échantillon requise pour détecter si le processus a dévié d’une certaine valeur.

Bien sur, il y a des problèmes où les connaissances du professionnel de la qualité ne suffiront pas. Il  y a des circonstances où la complexité est telle qu’un statisticien sera appelé à la rescousse. Exemple : l’utilisation de plan d’expérience en blocs incomplets ou de certains tests non paramétriques.

Maintenant de quelle façon pourrait-on susciter de l’intérêt à l’apprentissage des statistiques ? Mon expérience remonte à loin mais ce qui nous était enseigné ne nous permettait pas d’en apprécier la valeur, le potentiel. C’est plus tard, en suivant des cours en contrôle de la qualité, que j’ai compris toute la puissance de ces outils et qu’ils devaient faire partie de la boite à outils de tout professionnel de la qualité.

 

Auteur et Formateur :  Rosaire Ratelle

CQE de l’ASQ, Instructeur Six Sigma Black Belt et Green Belt selon les critères de la certification de l’ASQ et formateur en planification d’expériences.

Membre sénior de l’American Society for Quality (ASQ). Il a cumulé plus de 40 ans  d’expérience en qualité dont plusieurs années en implantation de système de management de la qualité selon la norme ISO 9001 ainsi qu’en amélioration continue selon les outils du 6 SIGMA. Lorsqu’il était consultant au Centre de recherche Industrielle du Québec, il a développé la formation “Analyse des systèmes de mesure” et a participé à la préparation du cours “Planification d’expérience”. Il a agit comme formateur pour les cours de Contrôle statistique des procédés, Analyse des systèmes de mesure, ISO 9001, ISO 14001 et Audit qualité interne.

Il a planifié plusieurs cliniques Qualité sur la planification d’expérience lors d’activités de la Section francophone à Montréal, 0404 de l’ASQ

  1. Ratelle est aussi un des membres fondateurs de l’Association Québécoise de la Qualité (AQQ) et a été évaluateur pour les Grands Prix Québécois de la Qualité. Monsieur Ratelle est président de Rosaire Ratelle Qualité Conseil.

6 thoughts on “Faut-il être statisticien pour appliquer les outils statistiques ?

  1. Martin Carignan says:

    Depuis plus de vingt ans, je forme des personnes en amélioration continue et en statistique. Je constate aussi que plusieurs personnes arrivent avec une perception négative des statistiques et donc une compréhension mitigée.

    Lorsque je me renseigne sur leur expériences avec les statistiques, plusieurs me confirment avoir été rebutés par l’aspect mathématique sur lequel l’emphase avait été mise lors des formations qu’ils ont suivi.

    Les statistiques, avant d’être des outils, sont une façon de penser.
    L’ASQ défini la pensée statistique comme une philosophie d’apprentissage et d’action basée sur les principes fondamentaux suivants:
    – Tout travail se fait dans un système de processus interconnectés
    – La variation existe dans tous les processus, et
    – Comprendre et réduire la variation sont les clés du succès

    Je crois personnellement qu’il faut encourager et coacher les gens à développer une pensée statistique et ensuite, supporter celle-ci avec les outils appropriés.

    Pour susciter l’intérêt des gens envers les statistiques, je crois qu’il faut tout d’abord que les formations soient données par des gens passionnés et qui ont une expérience pratique importante afin de pouvoir développer chez les participants la pensée statistique et démontrer la puissance des outils.

    De plus, trop souvent on insiste sur la mathématique et non sur les aspects pratiques qui sont souvent bien plus importants comme : la différence entre un effet statistiquement significatif et un effet significatif en pratique, les deux types d’erreurs et comment en tenir compte en pratique, comment le non-respect de certaines hypothèses peuvent permettre d’en apprendre sur un système, etc.

    Finalement, mon expérience me démontre qu’il n’est pas si difficile d’élever le niveau de connaissance et d’intérêt des gens envers les statistiques afin que ceux-ci puissent être beaucoup plus critiques face aux décisions qui sont prises à partir de données.

    • Rosaire Ratelle says:

      Pour se désensibiliser à la perception négative des statistiques, ils nous faut vivre des expériences positives. Il nous faut avoir la possibilité de s’exprimer. Je ne veux pas faire d’analyse de phobies.

      Je peux très bien comprendre qu’après avoir survécu à un cours de statistique avec stress nous ne soyons pas enclin à les utiliser comme outils d’amélioration.

      Nous avons un rôle dans notre association à donner des exemples, montrer des situations afin de démystifier les statistiques. Je crois que l’on peux aussi se doter de petits programmes en Excel qui vont nous faciliter les calculs. Il faudra toujours comprendre ce que l’on fait. Prenons comme exemple : la production serait à 5 % de défectueux d’après les retours de marché. Si je choisis de prélever 10 échantillons comme moyen de contrôle, quelle la probabilité de ne trouver aucun (0) défectueux. La réponse est six fois sur 10. Oui 6 fois sur 10, je trouverai aucun défectueux dans mes 10 échantillons.

      Si je parviens à prendre de meilleures décisions, ça me plaira de poursuivre.

      Et si on débutait par des statistiques énumératives accompagnées d’outils graphiques. Visuellement, nous pouvons être alertés s’il y a une tendance négative. Encore faut-il ne pas paniquer, il se peut que ce ne soit que l’effet du hasard. Dans la formation au contrôle statistique des procédés nous avions un exercice où nous prélevions des billes dans un bol. On comprend que la proportion de billes rouges parmi les billes blanches ne changeait pas. Mais le nombre de billes rouges varient à chaque prélèvement, ceci est dû au hasard. Je m’amusais avec les participants chaque fois que le nombre de rouges était élevé : ” mauvaise production, des pas bons !”. La conclusion était toujours : Si on ne change rien au processus, nous ne pouvons pas nous améliorer et nous créons seulement du stress.

      J’aimerais bien voir d’autres exemples de succès lors d’utilisation d’outils statistiques simples.

      C’est un appel à tous. Ensemble on ne peut que s’enrichir

  2. Marcel Charbonneau says:

    Devrait-on harmoniser les certifications Lean Six Sigma ?
    Quelle organisation devrait superviser les certifications ?
    2 questions qui devraient être discutées. SVP pas de commissions gouvernementales. Mais qui?
    Il y a des clients qui cherchent trop vite de l’aide, de la formation et des solutions et il y a des vendeurs de tout acabit

  3. You might also need to suggest more study or comment on matters that it wasn’t possible that you discuss in the newspaper. Before composing very good post, you need to clearly understand what kind of article he or she’s intended to write whether it’s a journalism article, professional article, review article or article for a blog because every one of these kinds of posts have their personal specified writing styles. In case you have any financial essay writing difficulty, let us know for we shall aid you with all writings which are quality and which are free of plagiarism.
    You shouldn’t be worried because our college essay writing company is the best source to buy college essay services that are perfectly tailored. Online services are somewhat more reliable and affordable also.
    Content writing can also be a kind of essay writing, just you must be careful with the rules, if you believe that it is possible to compose essay correctly then readily you might also write the articles, it is not in any way a huge deal. It’s the chief part of the prewriting procedure of an essay.
    Since writing an outline may occasionally be tedious job because this is the location where you truly begin contemplating your essay seriously. Feelings that may keep you from writing your book. Writing an article is a challenging issue to perform for a student and also for a typical man who doesn’t possess the specific understanding of the terminology and the grammar that ought to be utilised within an essay.
    After the pupil doesn’t have a private opinion, then they ought to simply earn a option to select a topic, and select pro or con. Very very good essay writers possess the capacity to give help to their students if it’s required.
    Students using a copywriting service should know about a couple things before deciding on a service. After going through the business advice and terms and conditions, if you’re happy with their solutions, you may pick a specific small business. Many writing companies won’t turn away clients if they’re just under what they’re asking.
    http://arihantinnochem.com/the-do-s-and-don-ts-of-writemyessaycheap/

  4. Chantale Simard says:

    Bonjour Rosaire, ton article est très intéressant. Je me demande juste de quelle formation Greenbelt est black Belt tu parles quand tu dis qu’il n’y a pas de contenu statistiques. Est-ce que tu parles d’une formation en entreprise ou d’une formation donnée par un autre organisme ? Merci de clarifier. Salutations, Chantale

    • Marcel Charbonneau says:

      Il y a plusieurs organisations qui offrent de la formation SSBB SSGB etc.. et il n’y ont pas tous le même niveau de connaissance et de compétence tout en décernant diplôme ou certificat . Donc qui dit vrai? Qui se fait flouer?
      Oui les personnes ont acquises des connaissances avec des outils qualité mais leur titre de SSBB ou SSGB ou Lean etc n’aide pas les clients.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *